Retrouvez ici le bilan complet des anciens députés de la précédente législature

Interventions sur "diplomatie"

23 interventions trouvées.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaM'jid El Guerrab :

...onsieur le ministre de l'Europe et des affaires étrangères, le Quai d'Orsay a tenté de répondre à cet appel le 14 décembre dernier, au siège de l'Alliance française, devant un parterre de diplomates, de conseillers culturels ou encore de dirigeants de grands opérateurs, au cours d'une cérémonie à laquelle j'ai eu le plaisir de participer. Vous y présentiez la feuille de route de l'influence de la diplomatie française, cherchant à répondre à la question somme toute gramscienne « Où s'arrête la puissance et où commence l'influence ? », partant du postulat que la conquête du pouvoir présuppose celle de l'opinion publique. Le recours fréquent à l'expression anglo-saxonne soft power a ainsi traduit une évolution dans les relations internationales : l'hégémonie symbolique compte autant dans la bal...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaChristophe Naegelen :

La diplomatie d'influence s'affirme aujourd'hui comme un élément à part entière de notre politique étrangère. Elle devient à la fois un enjeu de compétition internationale et une source de puissance, au même titre – voire davantage – que la force militaire. D'un côté s'étend le domaine de la contrainte, de la force et de l'action ; de l'autre se situe le registre de l'autorité, de la persuasion, des valeurs et...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaSébastien Nadot :

...lars et de contrats d'armement d'un dictateur ? La Légion d'honneur et les ors de la République, du Quai d'Orsay à l'Élysée. Que d'égarements ! Voilà bientôt cinq ans, en réalité, que notre pays a deux ministres de la guerre et aucun de la paix. Bientôt cinq ans que notre pays aime se payer de jolis mots et de beaux discours, en parfaite contradiction avec ce qu'on constate sur le terrain. Notre diplomatie est pourtant dotée d'atouts exceptionnels, mais qu'en avez-vous fait ? Qu'en faites-vous ? J'entends déjà vos arguments sur la Realpolitik, sur ce monde difficile où les valeurs universelles que devrait défendre notre pays ne remplissent pas les poches. Mais votre diplomatie de la Realpolitik montre des résultats tout aussi catastrophiques. En cinq ans : ni les valeurs, ni les principes démocrat...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaJean-Hugues Ratenon :

Il y a quelques semaines, le ministre des affaires étrangères a présenté une feuille de route censée être la « première doctrine consolidée » en la matière, née de l'« urgence à repenser […] notre diplomatie culturelle et d'influence » – une urgence telle qu'il aura fallu attendre la fin du quinquennat. Cette question du calendrier n'est pas neutre, car ce document est à certains égards moins une doctrine qu'un bilan idéalisé du quinquennat d'Emmanuel Macron. On serait bien en peine d'y trouver une direction claire. Certes, la notion d'influence dans le domaine des relations internationales est elle...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaJean-Hugues Ratenon :

Dans ces conditions, force est de constater que l'influence de la France doit davantage à l'héritage de l'histoire et au poids toujours réel de la francophonie, laquelle appelle une politique davantage tournée vers les peuples, qu'à l'action de ce gouvernement. Prenons ensuite la capacité à parler de sa propre voix : la feuille de route affirme que « l'horizon de notre diplomatie est fondamentalement européen ». On retrouve ici la prétention à faire prospérer de dangereuses chimères telles que la souveraineté européenne. Il aurait pu être ajouté « fondamentalement atlantiste », puisque l'Union européenne l'est structurellement. Grave erreur, car l'efficacité diplomatique suppose unité de vues et de décisions, conditions qu'à l'évidence, l'Union européenne ne remplit pas :...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaJean-Paul Lecoq :

...ttentive conduit à relever deux éléments qui invalident l'intérêt même de cette démarche : à la toute première page, dans l'avant-propos, figure une citation de M. Le Drian selon laquelle « Il n'y a plus de soft power, il n'y a plus que du hard » ; à la page 63, il est précisé que « l'adaptation du réseau passe aussi par la pleine prise en compte des enjeux économiques » et que « la diplomatie économique est, en effet, l'un des piliers de la politique diplomatique française. ». Entrons davantage dans le détail de ce document : les lignes de force qu'il énumère renvoient à une hypocrisie absolue. La première porte sur la défense d'un « nouvel humanisme ». Entre les prisonniers politiques sahraouis ou palestiniens et les travailleurs quasi-esclaves au Qatar que vous refusez de soutenir...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaRodrigue Kokouendo :

...rammation relative au développement solidaire et à la lutte contre les inégalités mondiales a, quant à elle, donné un nouvel élan à notre politique de développement solidaire. L'influence de la France passe aussi par son attractivité économique. Rappelons qu'elle se place au premier rang en Europe pour l'accueil des investissements directs étrangers. Toutefois, notre pays, qui dispose d'une des diplomaties les plus anciennes au monde, doit transformer radicalement ses pratiques pour s'adapter aux évolutions du monde moderne. Il importe que la diplomatie d'influence, après avoir longtemps privilégié l'aspect économique des relations internationales, interagisse avec une multitude d'acteurs pour atteindre des objectifs de court, moyen et long terme. Cependant, la diplomatie n'est plus uniquement un...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaMichel Herbillon :

Le 14 décembre, monsieur le ministre, vous présentiez, à l'occasion de la réunion annuelle des conseillers culturels, la feuille de route de l'influence de la diplomatie française : j'étais présent. Cet état des lieux de nos leviers d'influence dans le monde, assorti du plan d'action à suivre durant les prochaines années, était attendu. Même s'il est regrettable que nous ayons dû patienter jusqu'à la fin du quinquennat pour découvrir votre doctrine consolidée en matière d'influence, je veux avant tout saluer la qualité du travail que vous-même et vos équipes ave...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaMichel Herbillon :

d'autant que nous en partageons le constat comme les objectifs. Il y a plus de trois ans, je vous remettais les conclusions et les 110 propositions de la mission d'information de la commission des affaires étrangères consacrée à notre stratégie en matière de diplomatie culturelle et d'influence pour les dix prochaines années, afin qu'elle devienne un puissant instrument de notre politique étrangère. Depuis l'importance géopolitique de l'espace francophone jusqu'au principe d'exception culturelle, en passant par l'Europe de la culture et des savoirs, cela fait longtemps que culture, au sens large, et diplomatie s'entrelacent. Je le répète, la culture, l'enseign...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaJean-Louis Bourlanges :

Présentant en 2017, au nom de la commission des affaires étrangères, le rapport d'information sur la diplomatie d'influence, les rapporteurs – M. Herbillon, qui vient de s'exprimer, et Mme Sylla – y rappelaient que « la diplomatie n'est ni un gadget, ni un moyen de compenser notre puissance déchue, c'est un puissant vecteur de notre politique étrangère ». Ils avaient raison. La feuille de route que vous nous soumettez, monsieur le ministre, appelle en fait deux questions : qu'est-ce qu'une stratégie d'infl...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaJean-Louis Bourlanges :

La diplomatie d'influence, c'est aussi une certaine idée des formes de l'action politique : une préférence pour l'échange, le dialogue, la coopération ; le refus de la contrainte, de la violence, de la brutalité. Qu'il s'agisse de commerce, d'éducation, de création scientifique, d'échanges artistiques ou des synergies de la recherche, la stratégie d'influence manifeste la supériorité de l'excellence, la force ...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaAlain David :

J'ai déjà eu l'occasion de m'exprimer sur le sujet en commission des affaires étrangères ou en séance, lors de l'examen des crédits budgétaires consacrés à notre action extérieure et à notre diplomatie : l'influence d'un pays comme le nôtre, le fameux soft power, repose sur un cocktail d'ingrédients variés. Je citerai la tradition d'excellence de notre diplomatie, la qualité de notre réseau consulaire, la réputation culturelle de notre pays ou son attractivité touristique. Je citerai également des outils qui me tiennent à cœur, notamment notre audiovisuel extérieur – France 24, Radio Fra...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaM'jid El Guerrab :

...er, la commission des affaires étrangères a adopté l'avis relatif au projet de contrat d'objectifs et de moyens (COM) entre l'État et l'Agence pour l'enseignement du français à l'étranger (AEFE) pour la période 2021-2023, présenté par notre collègue Frédéric Petit. Articulé autour de dix objectifs stratégiques, le COM est mis au service de la croissance d'un réseau qui est l'un des fleurons de la diplomatie culturelle de la France et l'un de ses principaux atouts en matière d'influence, et qui se trouve donc au cœur de la feuille de route de l'influence. Ainsi, entre 2010 et 2020, le nombre d'élèves – vous l'avez rappelé – a augmenté de plus de 30 % et le nombre d'établissements a progressé de 470 à 535. On dénombre actuellement 552 établissements homologués par le ministère de l'éducation national...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaChristophe Naegelen :

Si notre diplomatie est politique, culturelle et militaire, elle est aussi économique. Elle est certes une affaire de réseau et de rayonnement, mais elle est aussi qualifiée par des objectifs, des chiffres et des résultats. Au début du quinquennat a été fixé l'objectif de 200 000 entreprises exportatrices, qui semblait atteignable : l'Allemagne en possède 300 000 et l'Italie 220 000. Or nous ne comptons que 140 000 ...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaFrançois-Michel Lambert :

...t dans la Grande Caraïbe, qui sera reprise par l'Organisation pour l'harmonisation du droit des affaires dans la Caraïbe (OHADAC). Cette loi modèle doit être coconstruite avec les pays hispanophones – notamment Cuba –, anglophones et francophones pour répondre fidèlement aux aspirations de tous les pays de la Grande Caraïbe. Comme vous l'avez dit il y a quelques instants, monsieur le ministre, la diplomatie doit se saisir de toutes les pistes d'évolution qu'offre le droit. Or, qu'y a-t-il de plus important pour l'humanité que de hisser tous les pays au même niveau en matière de protection de l'environnement face aux risques que nous font encourir des modèles économiques capitalistiques faisant fi des particularités et des fragilités locales de certains territoires ?

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaJean-Hugues Ratenon :

...e pas celui de 2017. Vous dites avoir mis fin à l'hémorragie, monsieur le ministre, mais vous n'avez pas su bloquer la destruction programmée du savoir-faire diplomatique qu'implique la réforme voulue par Emmanuel Macron, au prétexte d'ouvrir la haute fonction publique. Cette réforme prévoit la disparition du corps diplomatique. Pour la justifier, on ressort, ici ou là, les images d'Épinal d'une diplomatie prisonnière de vieilles habitudes sclérosées. C'est ignorer qu'en raison même de la multiplicité de ses missions, le Quai d'Orsay est l'une des administrations les plus diversifiées : 52 % de ses agents et 20 % de son encadrement ne sont pas membres du corps diplomatique. L'ouverture prônée est déjà une réalité. Bien sûr, il reste des progrès à accomplir. À l'image de toute la haute fonction pub...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaJean-Paul Lecoq :

Monsieur le ministre, ma question vous surprendra peut-être, mais je n'en ai pas fait secret. La diplomatie s'évalue aussi selon les relations que les dirigeants politiques entretiennent avec ceux des multinationales, surtout quand on place l'économie au centre de sa politique extérieure. Or ces relations sont parfois très étroites. Ma question concerne l'offre d'achat de la multinationale Mediterranean Shipping Company (MSC) au groupe Bolloré Africa Logistics. Bolloré dispose en Afrique d'un empire l...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaPieyre-Alexandre Anglade :

Nos échanges se déroulent dans le contexte de menaces géopolitiques qui donnent à la France et à l'Europe une responsabilité particulière, face à des puissances autoritaires qui remettent en cause le multilatéralisme. Leur responsabilité doit aussi s'exercer en Syrie, en Ukraine et au Sahel, où les défis sont immenses. Je salue le rôle actif de la diplomatie française, qui se trouve au cœur des efforts de désescalade avec la Russie afin d'éviter un conflit armé à nos portes, en Ukraine. Je salue également l'engagement de notre pays et de nos militaires, à la pointe de la lutte contre le terrorisme, au Sahel encore, afin de protéger la France, les Français et les Européens. Dans le moment que nous traversons, il est important de le rappeler. Au-delà ...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaFiona Lazaar :

...te incertain et tendu que nous connaissons. Alors que nos valeurs de progrès et de liberté, la défense de l'État de droit et le respect des individus sont remis en cause, son histoire, son prestige et sa puissance donnent à la France le devoir de jouer un rôle de premier plan pour défendre et promouvoir ses valeurs. À cet égard, l'élaboration de la première feuille de route de l'influence de la diplomatie française me réjouit tout particulièrement. La montée des tensions qui mobilise nos chancelleries ne doit pas nous faire perdre de vue les enjeux essentiels, qui risquent de passer au second plan. Je pense à la lutte contre les inégalités et à la défense des droits fondamentaux, partout dans le monde. À titre d'illustration, au moment où nous pouvons nous réjouir d'importants progrès en matière d...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaMansour Kamardine :

À l'occasion du débat de ce jour sur la feuille de route de l'influence de la diplomatie française, nous ne pouvons que constater une inquiétante contestation de notre action en Afrique subsaharienne, en particulier au Sahel, comme en atteste l'annonce, hier, du renvoi brutal de notre ambassadeur au Mali. Pourtant, dans les dix lignes de force de la feuille de route, l'Afrique subsaharienne est clairement affichée comme une zone de priorité géographique ; la lutte contre les manipula...